Sous le spectre

L’histoire commence au coeur d’une fête,
celle d’une naissance, une renaissance en fait.
Prise de parole un peu formelle car mes vœux plus qu’un aveu sont loin d’être usuels. Naître à l’âge adulte c’est se reconnaître hors des convenances,
découvrir que sa différence est peut-être une chance.
J’ai craqué le vernis. Préparez-vous à être surpris.
Il m’a suffi d’un mot, déposé comme un soutien, pour briser l’anathème,
déployer l’oriflamme de mon espace,
au parfum de gloire, celui des soirs où on occupe pleinement sa place.
Il m’donne la force de compenser le départ manqué, de me délester d’la dureté qui a précédé et de composer mon décor, pour vivre encore deux fois plus fort.
Graver l’épigraphe sur une nouvelle page,
c’est l’en-tête, en capital, le titre qui débloque le réel pour lancer mon nouveau chapitre. Alors j’écris, ma particularité parce que c’est beau de se rencontrer.
Je trouve les mots qui me donnent l’écho.
Là, sous le spectre, je trouve ma sphère.
Là, sous le prisme du validisme, je suis autiste.

Sous le spectre, ma vraie couleur s’reflète.
Sous le spectre, la lumière éclaire chacun d’nos êtres. Sous le spectre, chacun peut être ce qu’il souhaite.


Le spectre est la métaphore, la lumière en multiples couleurs, pour révéler nos particularités sans les figer.
Enfin cesser de changer pour être des leurs.
Ne plus se cacher !En profiter pour leur montrer les nuances presque invisibles qui nous rendent si sensibles
et puis s’ouvrir aussi à l’inconnu, sortir de la retenue. Continuer d’croire en l’inattendu, changer le regard sur la différence, garder l’espoir
qu’on cesse de s’opposer qu’on saisisse l’ampleur, l’apport d’la diversité. Abattre les murs illusoires, profiter de l’ouverture
pour mélanger nos couleurs dans un futur en accord.
C’est le moment de créer de nouvelles palettes.
Faisons la fête !

J’ai dévoilé l’invisibilité de ma différence multi-facettes,
délivré le reflet retenu par la conformité, tel un geôlier, tel un ascète.
J’ai décrié ses litanies, délié la liesse, sans conteste, d’une confisquée jeunesse.
Je n’me laisserai pas rattraper sur ma lancée. C’est au galop précipité que je veux oser. Je ne vise pas gloire mais liberté et légèreté
et puis goûter aux délices, aux joies exquises, aux gourmandises de l’existence.
Je suis en partance pour une partie, inédite, celle d’une vie à ma guise dont voici l’esquisse.

Sous le spectre, ma vraie couleur s’reflète.
Sous le spectre, la lumière éclaire chacun d’nos êtres. Sous le spectre, chacun peut être ce qu’il souhaite.


Désormais, ma vraie couleur se reflète. La lumière éclaire chacun de nos êtres.
Désormais ma vraie couleur s’reflète, la lumière éclaire chacun de nos êtres, chacun peut être ce qu’il souhaite. Ce qu’il souhaite !